Aubagne ou la cité perdue des enfants

cite-des-enfants-perdus-1995-16-g

Depuis de nombreuses années, la ville d’Aubagne porte fièrement les couleurs de l’enfance et, est à ce titre, justement reconnue comme Ville Amie des Enfants, inscrite dans le réseau UNICEF.

Ce réseau repose sur une problématique mondiale qui indique qu’en 2025, plus de 60 pour cent des enfants résideront dans des villes. Les communautés doivent ainsi s’adapter, se préparer, accueillir, protéger et faire une place à l’enfance. Plus généralement il s’agit de répondre aux besoins fondamentaux des enfants, inscrits dans la convention internationale de l’ONU. La ville doit donc défendre, promouvoir et protéger ces droits. Suite aux mouvements de décentralisation, les administrations locales assument ces responsabilités, ce qui place les villes comme acteur majeur en ce qui concerne l’installation de services, d’équipements, ainsi que la participation et l’écoute des enfants dans leur politique sociale.

Pour autant ce titre « ville amie des enfants » ne bénéficie d’aucun soutien financier. C’est donc un choix budgétaire et philosophique qu’investit la ville. La communauté d’Aubagne à travers les propositions culturelles comme Festimômes, Grain de sel, mais aussi la programmation des espaces culturels comme le Comoedia ou la MJC a participé grandement à cette ouverture en répondant aux articles 12 et 13 de la convention.

Nous pouvons également y inclure les fêtes de Noël, la fête de la paix, la fête de la musique, les ateliers philos dans les écoles ou encore les subventions aux espaces tel que le Baobab café des enfants.

La liste pourrait être très longue d’autant qu’il convient de rajouter l’accès au transport gratuit, ce qui facilite les déplacements et donc les inscriptions et investissements des propositions. Mais aussi l’accès à la cantine comme aux centres aérés pour des tarifs échelonnés (et modérés). Autant de mesures aussi diversifiées que nombreuses qui toutes participent au bien être de nos jeunes Aubagnaises et Aubagnais.

Aujourd’hui, la nouvelle municipalité tranche sans commune mesure sur l’ensemble des dispositifs. Les économies annoncés (qui ne sont qu’une nouvelle répartition du budget pour la plupart) sont une réflexion à court terme. Plus qu’une philosophie ou une reconnaissance l’inscription « Ville amie des enfants » participe au futur, à l’éducation globale et collective du citoyen. Croire à l’enfance c’est s’engager pour l’avenir !

Combattons le nouveau règlement des cantines. Combattons la suppression des subventions culturelles. Combattons la réduction des subventions associatives. Combattons la tentation de supprimer la gratuité des transports. Combattons la suppression de la fête de la paix. Combattons la réduction des espaces des fêtes de Noël, du bel été d’Aubagne. Combattons la suppression de l’aide municipale pour la gratuité des repas. Combattons le désengagement dans la philosophie « Ville amie des enfants ». La liste est très longue …

Ainsi, si lors de l’attribution du titre « Ville amie des enfants », il avait été demandé à nos élus s’ils souhaitaient que la ville s’inscrive dans le réseau, ils avaient demandé : « oui mais que faut-il faire ? » Rien, leur avait-on répondu ! vous faites déjà !!

Alors lorsque Mr Gazay et consorts demanderont comment faire pour sortir du réseau, la réponse est déjà là : « Rien ! Vous ne faites plus »

Et ainsi s’envoleront les rêves des enfants et l’avenir citoyen s’obscurcira !

Frédéric Serves

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s