En finir avec l’austérité

Dimanche, les électeurs grecs devront trancher entre, d’une part, l’establishment, d’autre part, Syriza.

Sommes-nous condamnés au nom de la dette comme les peuples de Grèce et d’Espagne à une saignée qui se traduit par une augmentation du chômage, de la précarité, du manque de logements, de la pauvreté, du coût de la scolarité et des soins ? Plusieurs associations dont la nôtre vous invitent à en discuter le 14 février à La Crypte. Un après-midi de débats suivi par un spectacle musical.

La victoire de Syriza le 25 janvier aux élections législatives en Grèce marque l’amorce d’un changement nécessaire en Europe. Le parti de la gauche grecque dirigé par Alexis Tsipras, en tête des sondages, entend donner le signal d’un mouvement contre les politiques d’austérité qui gagnerait progressivement toute l’Europe, notamment l’Espagne où le nouveau parti anti-libéral Podemos a le vent en poupe pour les législatives de 2015 et l’Irlande où des élections sont prévues en 2016. Alexis Tsipras veut faire de la Grèce un « exemple positif de progressisme en Europe » tablant aux élections de dimanche sur la fin d’un « vieux monde politique ».

Parmi les mesures envisagées figurent le relèvement du salaire minimum, l’électricité gratuite et des bons de ravitaillement pour 300.000 ménages, une réforme fiscale, une loi sur les arriérés d’impôts et les prêts non remboursés, une révision du programme de privatisation, un gouvernement resserré de dix ministres, une réforme et un renforcement de la brigade financière, des réformes des procédures en vigueur dans la fonction publique pour lutter contre la corruption et une renégociation de la dette abyssale du pays détenue en majeure partie par les banques centrales européennes et à l’origine de la crise. Inutile de préciser que cette dernière mesure a le don d’irriter tous les conservateurs européens au premier rang desquels la chancelière allemande Angela Merkel, la commission européenne, son président Jean-Claude Junker, son commissaire européen à l’Économie, Pierre Moscovici (PS), les liquidateurs du patrimoine grec au pouvoir, ainsi que les milieux financiers qui se sont levés comme un seul homme pour menacer la Grèce du chaos et exhorter les grecs à voter pour des « visages » familiers.

Au nom de la dette

Aujourd’hui, Syriza exprime précisément la volonté de se libérer de la tutelle de la troïka (FMI, BCE et Commission européenne) pour rompre avec des politiques d’austérité aux effets catastrophiques, relancer l’économie et lutter contre la crise humanitaire.

En Grèce comme en Espagne ou en France la dette publique sert d’alibi aux politiques d’austérité orchestrées par la droite et les sociaux-libéraux majoritaires en Europe. D’où vient cette dette, comment et pourquoi ? Sommes-nous condamnés comme les peuples de Grèce et d’Espagne à une saignée qui se traduit par une augmentation du chômage, de la précarité, du manque de logements, de la pauvreté, du coût de la scolarité et des soins ?

Les associations Activistes et Citoyens Pays d’Aubagne, ATTAC, Vivre Aubagne Autrement, Ballon Rouge et Le Repaire là-bas si j’y suis Aubagne, vous proposent d’échanger sur ce thème avec Yannis Youlountas (écrivain et cinéaste, Athènes), Christian Maurel (sociologue, Aix en Provence) et Ernesto Garcia Lopez (anthropologue, Madrid) le samedi 14 février à 14 h à la Crypte (5 rue de la Dîme, 13400 Aubagne). Cet après-midi de réflexion et de solidarité sera suivi d’un spectacle musical avec Eve Boret et Los Fralibos.

Afin de faciliter l’organisation de la journée, nous vous invitons à vous pré-inscrire à : pre.inscription1402@gmail.com

Lire aussi : Le 25 janvier, Nous sommes tous grecs!

Publicités

Une réflexion sur “En finir avec l’austérité

  1. Pingback: À gauche, quoi de neuf docteur ? |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s